Alzy Trio au festival Jazz’Alp

La sixième édition de ce sympathique festival se déroulera dans la petite station de sports d’hiver de L’Alpe-du-Grand-Serre (Isère) et accueillera, du 4 au 12 mars 2022, une quinzaine de formations comme les Violons barbares ou encore le DAC Trio qui réunit le saxophoniste Alain Debiossat, le batteur-percussionniste Joël Allouche et le multi-instrumentiste Olivier Chabasse (contrebasse, stick Chapman et voix).
Alzy Trio, jardin des Tuileries, Paris, 2017, photo Patrick Martineau #2NBHD

Merci à Patrick Martineau pour ce joli portrait du trio, croqué en 2017 lors d’un concert au jardin des Tuileries à Paris.

L’Alzy Trio s’y produira le vendredi 11 mars à 20 h 30, dans la salle du Chardon bleu, en première partie du quartet très international du contrebassiste Gil Lachenal (avec Enrique Simon, Pedro Vazquez et Filip Verneert).

Au programme : toujours notre singulière instrumentation avec deux guitares acoustiques (Thierry Rampillon et Christian Sanchez), une basse acoustique (Pascal Kober) et quelques nouvelles blue notes chantées. En somme, un petit condensé de nos belles aventures musicales entre Grenoble, Lyon, Paris et Tanger, avec nos premières interprétations des douces mélodies de la bossa nova, quelques grands standards du jazz et enfin, les chansons de notre French Songbook (un album publié en 2012 et réédité en 2016 après le succès du premier tirage !). Un concert qui préfigurera les 20 ans du trio, né un certain 1er mai 2002 !

Le programme complet du festival est disponible sur le site Internet de Jazz’Alp. Réservations pour notre concert du vendredi 11 mars au 06 84 16 93 19 ou par courriel à l’adresse suivante : courantsdarts38@courants-d-arts.org

LA PRESSE EN PARLE  : « Ce trio-là est né d’une envie de copains d’abord au sens épicurien tant vanté par Brassens. Il porte des choses choisies, avec ou sans voix, mais qui ne manquent pas d’air. Ni de souffle. Les trois musiciens ont fait le choix d’illustrer des thèmes-cultes. Donc de rebattre les cartes pour des enjeux de notes et de mots relevés. » (Robert Latxague, Jazz Magazine).

Share

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *