Alzy Trio : concerts à venir

EN MARS, PROFITEZ DE NOTRE MINI-TOURNÉE
QUI ANNONCE LE PRINTEMPS
ET VENEZ ÉCOUTER L’ALZY TRIO DANS LA VRAIE VIE !

Alzy quartetVendredi 4 mars 2016 à partir de 20 h, au jazz club La Soupe aux choux. C’est en… quartet que l’Alzy Trio se produira ce soir-là. Nous inviterons en effet notre ami guitariste Dominique Sanfourche, avec qui nous avons déjà mené plusieurs belles aventures musicales, sur un répertoire un tantinet plus blues que de coutume. Au programme : de grands standards de jazz de Miles Davis ou de Ulf Wakenius (le guitariste d’Oscar Peterson qui joue aujourd’hui avec la grande chanteuse coréenne Youn Sun Nah), mais aussi des thèmes de David Bowie, Jimi Hendrix, Michael Jackson, Pink Floyd, The Doors, The Police, Stevie Wonder ou encore Frank Zappa. Quant à La Soupe aux choux, il s’agit (faut-il le rappeler ?) de l’une des très rares salles de province à programmer cinq jours par semaine (et depuis trente-quatre ans !) des concerts de jazz tout au long de l’année (voir cet article du printemps 2014). Le club a vu passer des grands noms comme Chet Baker, Céline Bonacina, Elisabeth Caumont, Petra Magoni, Michel Sardaby ou Randy Weston, mais aussi toutes les jeunes pousses locales dont certaines sont aujourd’hui bien intégrées, comme le trompettiste Pierre Drevet (qui a travaillé avec Charles Aznavour ou Liane Foly) ou le pianiste Alfio Origlio (qui, lui, a notamment joué avec Bobby McFerrin ou Michel Jonasz). Un exploit qu’il faut saluer. D’autant que Jacques Perez, son patron, prendra sa retraite à la fin de cette saison et que le club risque bien de prendre sa retraite avec lui si ledit Jacques ne trouve pas de repreneur. Avis aux amateurs… Car sinon, il s’agirait là de notre dernier concert à La Soupe aux choux ;-( Et ça, franchement, nous n’osons pas y croire… Bref, il faut venir soutenir !
Dîner possible à partir de 19 h avec, toujours au menu, les bons p’tits plats de Jacques. Il est prudent de réserver…
Jazz club La Soupe aux choux7, route de Lyon, à Grenoble.
Téléphone : 04 76 87 05 67

Alzy Trio et Christel Leca 2147 2 (© Amélie Meunier-Carus) 300Mardi 8 mars 2016 à 20 h à la Salle des Spectacles de Saint-Étienne-de-Saint-Geoirs (Isère). Pour cette soirée musicale organisée par la bibliothèque municipale à l’occasion de la journée de la femme, l’Alzy Trio invite la chanteuse Christel Leca.  Christel a participé à l’anniversaire des dix ans du trio en 2012 au Musée dauphinois. Elle était également cette année-là à la clôture du festival des voix solistes dans le Vercors et, en 2015, au musée Berlioz à La-Côte-Saint-André pour un concert qui s’est achevé avec un hommage en clin d’œil au grand compositeur. Elle a encore participé à un concert enregistré au Café des Arts pour France Bleu Isère. «  Chatoyant, chaloupé et chaleureux », ainsi Manuel Houssais qualifiait-il cette rencontre dans son émission (à réécouter en cliquant ici)Au menu : A French songbook ! En clin d’oeil, taquin, au Great American songbook qui rassemble les standards de Broadway, ce répertoire bâti autour de riches arrangements pour guitares acoustiques, propose quelques-uns des plus beaux fleurons du patrimoine de la chanson française : La javanaise (Serge Gainsbourg), la Chanson des jumelles (Michel Legrand) ou encore Cécile, ma fille (Claude Nougaro)… Un double voyage transatlantique, en somme, puisque ces chansons, écrites à Paris, ont franchi une première fois l’océan en direction du Brésil et de l’Amérique du Nord pour se frotter à la bossa nova, au blues et au jazz, avant de revenir en France parées du prestige des grands standards du répertoire international : Les feuilles mortes, de Jacques Prévert, sous le nom d’Autumn leaves ou Que reste-t-il de nos amours ? de Charles Trenet, transformée en I wish you love. Mais quand le jazz est là, la bossa ne s’en va pas pour autant ! Luiz Bonfa, Chico Buarque et Tom Jobim seront également au programme pour nous faire rêver à Rio-de-Janeiro, face au Corcovado, et aller à la rencontre de la fille sur la plage d’Ipanema.
Place Rose-Valland, à Saint-Étienne-de-Saint-Geoirs. Entrée libre sur inscription.
bibliotheque@ville-sesg.fr
Téléphone : 04 76 65 44 34.

Vendredi 11 mars à 21 h 30 pour le festival Couleur Jazz, à la salle des fêtes de Saint-Paul-lès-Romans. L’Alzy Trio invite encore Christel Leca (au chant) pour un concert qui fera chatoyer le grand répertoire de la chanson française aux couleurs du jazz et de la bossa nova. Un voyage en zigzags autour des sourires complices et du bonheur simple de jouer ensemble. Ce sympathique festival drômois présentera également des concerts du trio d’Alfio Origlio (avec le beat boxer Alem) et des (très !) craquantes Glossy Sisters, une soirée soul et funk avec le duo One Way Soul et Abigoba ainsi qu’un tremplin jazz qui s’achèvera par une prestation du big band de l’école de jazz de Valence, dirigé par le bassiste Pascal Berne.
En première partie, à 20 h 30, le groupe Gospel & Soul. Entrée : 12 euros.
Réservations sur le site du festival : www.couleur-jazz.com

Alzy Trio avec Christel Leca 15Dimanche 13 mars 2016 à 18 h, avec, en invités exceptionnels, la chanteuse Christel Leca et le saxophoniste Samuel Chagnard, à L’Anecdote, à Autrans. French chanson(g)s également au programme de ce concert dans la plus belle petite salle de spectacle de la région. Une vraie scène, une lumière de rêve, un son irréprochable, bref, des conditions d’écoute remarquables. Pour en savoir plus, jetez donc un œil sur ce reportage vidéo de France 3. Ne pas rater également Christel Leca, la veille au même endroit, à 20 h 30, sur le répertoire de Kurt Weil.
L’Anecdote, L’Écharlière, à Autrans. Téléphone : 06 88 33 41 55.

L’ALZY TRIO PARMI LES PLUS BELLES SESSIONS ACOUSTIQUES
ENREGISTRÉES À LA MAISON DE LA RADIO

Alzy Trio et Elsy Fleriag RFI

Sur le site Internet de Radio France Internationale, l’Alzy Trio est classé parmi les plus belles sessions acoustiques enregistrées (en 2012, avec la chanteuse Elsy Fleriag) au studio 136 de la Maison de la Radio ! Au côté de Robert Charlebois, Claire Denamur, Arthur H et autres Danyèl Waro… Pas peu fier de dire que voici un fameux cadeau de Noël pour le trio Une émission à télécharger, à podcaster ou à écouter en ligne en cliquant sur le portrait d’Alain Pilot.

Au menu  :
Que reste-t-il de nos amours ? (Charles Trenet)
Les Pas (Claude Nougaro)
Gran Tomobil (une jolie version d’un standard antillais chanté en créole)

UNE BELLE CHRONIQUE D’UN CONCERT DE L’ALZY TRIO

2015-11-06 Les Affiches 1200Sous la plume de Gilles Mathivet, (excellent) critique musical de l’hebdomadaire Les Affiches, voici une mise en perspective de quelques-uns de nos thèmes. Le tout sous un titre (Émules de Django, disciples de Crolla…) qui fait habilement référence à une chanson de Georges Brassens intitulée L’Ancêtre. Osons le dire : nous ne connaissions pas ce thème dont le texte nous correspond pourtant tout à fait (vous le trouverez aisément sur Internet…) ! Pas impossible que nous le mettions un jour au répertoire du trio ! Du journalisme culturel comme on l’aime, qui nous rend tous plus intelligents… (cliquez sur l’image pour voir la page publiée).

Émules de Django, disciples de Crolla…*

… toute la fine fleur de l’Alzy Trio était là, pour offrir au public de la Soupe aux Choux un concert de jazz sur guitares acoustiques : Pascal Kober à la basse, Thierry Rampillon et Christian Sanchez aux guitares n’ont pas leurs pareils pour butiner la chanson française ou la pop sur des rythmes de bossa-nova.

Non, la maladie d’Alzheimer n’a pas encore touché les trois « ancêtres » de l’Alzy Trio ! Avec leurs trois guitares, ils portent haut la mémoire du jazz. Et si la soirée commence par Billie Jean de Michael Jackson, ce n’est pas tant pour affirmer que le Roi de la Pop était un vrai musicien, que pour nous rappeler que le jazz s’est toujours nourri des sources les plus variées, et notamment de la musique de variété. Le sens de la transcription et l’imagination de l’Alzy Trio transforment le plomb en or et le produit dérivé dépasse souvent l’original, comme avec le tube de Stevie Wonder Isn’t she lovely ?, qui se met à swinguer avec grâce et entrain. Débrancher le jazz electro des années 1970 et le confier à trois guitares acoustiques ? Birdland de Joe Zawinul, privé de ses synthétiseurs et de ses claviers, garde toute la richesse et la simplicité de son thème. Et quand les Alzy abordent les compositions de Miles Davis, John Scofield n’a qu’à bien se tenir : le bluesman du trio, Christian Sanchez, est capable de descendre tout le Mississipi pour retrouver les racines de son All blues. Et alors ? Le mythique So what, vivifié par un tempo énergique, parvient à rester totalement sous tension sans tambour ni trompette.

La France et le jazz ayant toujours entretenu les meilleurs rapports, voilà de quoi remplir un French Songbook (titre du dernier album de l’Alzy Trio) dont quelques titres viennent alimenter la deuxième partie du concert. La Chanson de Maxence de Michel Legrand s’invite sur la guitare de Thierry Rampillon à de savoureuses digressions poétiques. Que reste-t-il de nos amours ? Une page de nostalgie s’ouvre un instant quand Pascal Kober chante la fameuse mélodie de Charles Trenet en s’accompagnant de sa guitare basse acoustique. Les couleurs qu’il obtient de son instrument, tendu de cordes jaune fluo, évoquent, par leur lyrisme discret et délicat, les sonorités recherchées du tubiste et joueur de serpent Michel Godard : quoi de mieux pour inviter à entrer dans le mystère tragique d’Orfeo negro sur un rythme de bossa-nova ?

Une telle prestation mérite un écrin à sa mesure : à La Soupe aux Choux, jazz et convivialité se complètent, se fécondent et s’exaltent. Autour d’une authentique soupe aux choux généreusement mitonnée par Jacques Perez, maître des lieux depuis trente-quatre ans, et en compagnie de voisins de table inconnus vite devenus amis d’un soir, l’expérience d’une soirée à La Soupe aux Choux ne demande qu’à être renouvelée : c’est facile, car ce club de jazz, qui propose quelque deux cents concerts par an, est ouvert du mardi au samedi. Comme pour les musiciens de l’Alzy Trio, le jazz à Grenoble passe nécessairement par La Soupe aux Choux. Pourvu que ça dure !

Gilles Mathivet

* Merci à Brassens pour ce titre, emprunté à sa chanson L’Ancêtre (1969).

Share

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>