International Jazz Day with Alzy Trio

SOLD OUT ! C’est complet ce samedi 30 avril pour les festivités des 20 ans de l’Alzy Trio  Pas étonnant : vous en connaissez beaucoup, vous, des groupes où les mêmes musiciens jouent ensemble depuis si longtemps À part, bien sûr, Genesis, King Crimson, Magma, Pink Floyd, Santana, Scorpions, The Beach Boys, The Manhattan Transfer, The Rolling Stones, The Swingle Singers et quelques rares autres ;-)

Alzy Trio (& friends) 20th anniversary

Born on 2002 May 1st (10 years before the International Jazz Day ;-) the Alzy Trio (Pascal Kober, Christian Sanchez and Thierry Rampillon) will celebrate its 20th anniversary for the International Jazz Day on 2022 April 30th (from 18 pm to 24 pm), with its Great French (and American ;-) SongBook, in the baroque chapel and the gardens of the great Musée dauphinois, on Grenoble’s heights (Alps, France). An incredible historical place (old stones built in 1622, laden with 400 years of history !) where we’ll welcome a couple of friends, jazz musicians who played with us during these 20 years.

On this picture (© Photo 2022 Tom Kober) : Peter Wendling on percussions, Christian Sanchez on guitar, Pascal Kober on acoustic bass, Dominique Sanfourche and Thierry Rampillon on guitars

On this picture (© 2022 Photo Tom Kober) :
Peter Wendling on percussions,
Christian Sanchez on guitar,
Pascal Kober on acoustic bass and vocals,
Dominique Sanfourche and Thierry Rampillon on guitars

See Herbie Hancock’s message to the Alzy Trio :

Lettre Herbie Hancock à l'Alzy Trio

And click on the picture below to discover the International Jazz Day.

International Jazz Day (Alzy Trio)

 

I wish you love et La javanaise

Joliment captées le jeudi 3 février 2022 par les caméras de Dominique Delepierre, avec le chœur improvisé du Jazz Club de Grenoble qui, ce soir-là, affichait complet (!), voici nos versions de Que reste-t-il de nos amours ? (I wish you love en anglais) et de La javanaise, deux chansons issues du Great French SongBook !

Alzy Trio
Pascal Kober : basse et chant
Christian Sanchez : guitare
Thierry Rampillon : guitare

« L’émotion à fleur de peau »

L’ALZY TRIO PARMI LES PLUS BELLES SESSIONS ACOUSTIQUES
ENREGISTRÉES À LA MAISON DE LA RADIO

Alzy Trio et Elsy Fleriag RFI

Sur le site Internet de Radio France Internationale, l’Alzy Trio est classé parmi les plus belles sessions acoustiques jamais enregistrées (ici en 2012, avec la chanteuse martiniquaise Elsy Fleriag) au studio 136 de la Maison de la Radio par Alain Pilot et son équipe (qui ont fait un sacré bon boulot de prise de son !). Aux côtés de Robert Charlebois, Claire Denamur, Arthur H et autres Danyèl Waro… Pas peu fier, le trio Une émission à écouter en ligne chez nous en cliquant ici. Ou en vous rendant sur le site Internet de RFI, en cliquant ici.

Au menu  :
Que reste-t-il de nos amours ? (Charles Trenet)
Les Pas (Claude Nougaro)
Gran Tomobil (une jolie version d’un standard antillais chanté en créole)

UNE BELLE CHRONIQUE D’UN CONCERT DE L’ALZY TRIO

2015-11-06 Les Affiches 1200Sous la plume de Gilles Mathivet, (excellent) critique musical de l’hebdomadaire Les Affiches, voici une mise en perspective de quelques-uns de nos thèmes. Le tout sous un titre (Émules de Django, disciples de Crolla…) qui fait habilement référence à une chanson de Georges Brassens intitulée L’Ancêtre. Osons le dire : nous ne connaissions pas ce thème dont le texte nous correspond pourtant tout à fait (vous le trouverez aisément sur Internet…) ! Pas impossible que nous le mettions un jour au répertoire du trio ! Du journalisme culturel comme on l’aime, qui nous rend tous plus intelligents… (cliquez sur l’image pour voir la page publiée).

Émules de Django, disciples de Crolla…*

… toute la fine fleur de l’Alzy Trio était là, pour offrir au public de la Soupe aux Choux un concert de jazz sur guitares acoustiques : Pascal Kober à la basse, Thierry Rampillon et Christian Sanchez aux guitares n’ont pas leurs pareils pour butiner la chanson française ou la pop sur des rythmes de bossa-nova.

Non, la maladie d’Alzheimer n’a pas encore touché les trois « ancêtres » de l’Alzy Trio ! Avec leurs trois guitares, ils portent haut la mémoire du jazz. Et si la soirée commence par Billie Jean de Michael Jackson, ce n’est pas tant pour affirmer que le Roi de la Pop était un vrai musicien, que pour nous rappeler que le jazz s’est toujours nourri des sources les plus variées, et notamment de la musique de variété. Le sens de la transcription et l’imagination de l’Alzy Trio transforment le plomb en or et le produit dérivé dépasse souvent l’original, comme avec le tube de Stevie Wonder Isn’t she lovely ?, qui se met à swinguer avec grâce et entrain. Débrancher le jazz electro des années 1970 et le confier à trois guitares acoustiques ? Birdland de Joe Zawinul, privé de ses synthétiseurs et de ses claviers, garde toute la richesse et la simplicité de son thème. Et quand les Alzy abordent les compositions de Miles Davis, John Scofield n’a qu’à bien se tenir : le bluesman du trio, Christian Sanchez, est capable de descendre tout le Mississipi pour retrouver les racines de son All blues. Et alors ? Le mythique So what, vivifié par un tempo énergique, parvient à rester totalement sous tension sans tambour ni trompette.

La France et le jazz ayant toujours entretenu les meilleurs rapports, voilà de quoi remplir un French Songbook (titre du dernier album de l’Alzy Trio) dont quelques titres viennent alimenter la deuxième partie du concert. La Chanson de Maxence de Michel Legrand s’invite sur la guitare de Thierry Rampillon à de savoureuses digressions poétiques. Que reste-t-il de nos amours ? Une page de nostalgie s’ouvre un instant quand Pascal Kober chante la fameuse mélodie de Charles Trenet en s’accompagnant de sa guitare basse acoustique. Les couleurs qu’il obtient de son instrument, tendu de cordes jaune fluo, évoquent, par leur lyrisme discret et délicat, les sonorités recherchées du tubiste et joueur de serpent Michel Godard : quoi de mieux pour inviter à entrer dans le mystère tragique d’Orfeo negro sur un rythme de bossa-nova ?

Une telle prestation mérite un écrin à sa mesure : à La Soupe aux Choux, jazz et convivialité se complètent, se fécondent et s’exaltent. Autour d’une authentique soupe aux choux généreusement mitonnée par Jacques Perez, maître des lieux depuis trente-quatre ans, et en compagnie de voisins de table inconnus vite devenus amis d’un soir, l’expérience d’une soirée à La Soupe aux Choux ne demande qu’à être renouvelée : c’est facile, car ce club de jazz, qui propose quelque deux cents concerts par an, est ouvert du mardi au samedi. Comme pour les musiciens de l’Alzy Trio, le jazz à Grenoble passe nécessairement par La Soupe aux Choux. Pourvu que ça dure !

Gilles Mathivet

* Merci à Brassens pour ce titre, emprunté à sa chanson L’Ancêtre (1969).

Les temps forts de l’Alzy Trio

 Premier cri (2002). Naissance de l’Alzy Trio le mercredi 1er mai.

Premier CD (2007). Seize cordes en bal(l)ades.

Enregistrement de Saravah (2009). La célèbre chanson de Pierre Barouh, interprétée avec son auteur himself, ainsi qu’avec la chanteuse Sheyla Costa et le pianiste Jean-Pierre Mas, dans une émission de télévision de Jean-François Lebossé.

Premiers concerts ultramarins (2009). Tanjazz, le festival international de jazz de Tanger (Maroc), accueillait également Janice deRosa, Mandrill, Ray Gelato & The Giants, le trio de Louis Martinez et bien d’autres musiciens. Extrait de la présentation et du compte-rendu de Et-Tayeb Houdaïfa, responsable du service culture de l’hebdomadaire marocain La Vie Eco  : «  La programmation fut un argument massue de ce Tanjazz, dixième du nom. Tant par le prestige des artistes invités que par les principes qui la sous-tendent. Entre autres, celui de montrer que le jazz, genre non exclusiviste, se marie, sans dissonance à d’autres musiques. C’est ainsi que Tanjazz nous a proposé du jazz arrosé de gospel (Shakura S’Aïda), mêlé de funky-reggae (Nnenna Freelon), saupoudré d’afro-pop, mêlé de funk et de soul (The KMG’s), inondé de samba (Jazzpirine), accommodé à la sauce manouche (Tzwing), dosé de flamenco (Alzy Trio), dopé au rock (Gros Tube). Autant de mélanges, tantôt délicats, tantôt explosifs, souvent hardis, qui menaient par le bout du cœur des auditeurs, au point de leur faire exécuter une danse sur une piste improvisée, jusqu’à ce que le sol se mit à vibrer en un imperceptible tangage. Il y avait de la joie, de sublimes voix et des tempêtes de rires, grâce à des artistes qui savaient conjuguer leur talent avec le show. »

Alzy Trio (avec Jean-Pierre Jackson à la batterie). Tanger. Novembre 2009.

Alzy Trio (avec Jean-Pierre Jackson à la batterie). Tanger. Novembre 2009.

Festival Tanja Latina (2009). À Tanger, avec Cumbia Chicharra, Diabloson, Ska Cubano, Zângão et Viva Brazil. Invité spécial du trio : le batteur Jean-Pierre Jackson, également écrivain mais aussi acteur, compositeur, réalisateur et scénariste de cinéma, qui a joué, entre autres, avec Guy Lafitte et Michel Petrucciani. Invités impromptus de nos jam sessions : Kico Cowan à la flûte et le trompettiste Jay Phelps qui a notamment accompagné… Amy Winehouse !

A French songbook (2011). Parution du deuxième CD de l’Alzy Trio.

France Bleu (2011). Enregistrement et diffusion d’un concert en direct dans une émission radio de Manuel Houssais, depuis le Café des Arts, avec Christel Leca au chant. Un beau moment à réécouter en cliquant ici.

Radio France Internationale (2012). Enregistrement au studio 136 de la Maison de la Radio, à Paris, en session acoustique avec Elsy Fleriag au chant, pour l’émission La bande passante d’Alain Pilot et Nicolas Spiga. Concert à réécouter en cliquant ici.

J’ai dix ans ! À la veille du premier tour de l’élection présidentielle française, le samedi 21 avril 2012 (pile-poil !), nous avons fêté, avec panache, les dix ans du trio, avec un concert-casse-croûte d’exception organisé au Musée dauphinois, sur les hauteurs de Grenoble et près d’une vingtaine de musiciens amis sur scène !

• France 3 (2012). Enregistrement vidéo de deux thèmes en studio pour l’émission 13 h avec vous, avec nos versions de la Chanson des jumelles et de La Javanaise.

Alzy-Trio-Opera-de-LyonFestival du Péristyle à l’Opéra de Lyon (2016). Depuis 2003, le plus long festival de jazz du monde (d’une durée de trois mois, entre juin et septembre !) est organisé par François Postaire dans le cadre prestigieux de l’Opéra de Lyon. Ambiance cosy d’un café-jazz en terrasse à l’ombre des arcades entre les monumentales colonnes du magnifique bâtiment patrimonial restructuré en 1993 par l’architecte Jean Nouvel. Deux concerts exceptionnels, distribués en trois sets, dont l’un avec notre ami guitariste Dominique Sanfourche en invité spécial, qui apporte sa touche blues à notre répertoire jazz. Cet événement incontournable de la scène jazz lyonnaise des beaux jours affichait également d’autres excellentes formations comme le trio, toujours très lyrique, du pianiste Éric Teruel, celui de ce crooner de Matthieu Boré, le Bossa Years quartet (avec l’excellent guitariste Michel Perez et Priscilia Valdazo, une rare contrebassiste chanteuse…) ou encore le quartet de la jeune saxophoniste allemande Nora Kamm.

Premiers concerts à Paris (mai 2017). Et pour cette grande première, l’Alzy Trio ne fait pas dans la demi-mesure en jouant deux soirs de suite dans le cadre de la manifestation Jardin, Jardins qui se tient au… jardin des Tuileries !

• On n’a pas tous les jours 20 ans ! Vous en connaissez beaucoup, vous, des groupes où les mêmes musiciens jouent ensemble depuis si longtemps ! À part, bien sûr, Genesis, King Crimson, Magma, Pink Floyd, Santana, Scorpions, The Beach Boys, The Manhattan Transfer, The Rolling Stones, The Swingle Singers et quelques rares autres ;-) Le 30 avril 2022, jour de l’International Jazz Day placé sous la houlette de Herbie Hancock par l’Unesco, et veille de la date anniversaire de la première rencontre entre Pascal Kober, Thierry Rampillon et Christian Sanchez (un 1er mai qui a suivi un certain 21 avril…), nous avons festoyé autour d’un casse-croûte gourmand (et néanmoins musical) dans la chapelle baroque et les jardins du Musée dauphinois, sur les hauteurs de Grenoble.